Fin d’année 2019 à Madagascar (4)

En route vers le Sud, Massif de l’Isalo puis la côte du côté de Tulear (ou Toliara)

Stop de 2 jours dans l’Isalo, histoire de se dégourdir les jambes et de faire suer le burnous. Normalement décembre est la saison des pluies, mais il faut le savoir. Grosse chaleur et peu de nuages, encore moins de pluie… Mais des paysages là encore somptueux, de vrais décors de cinéma, même si ça parait un peu neuneu de le dire…

2 ballades, la première vers des cascades rafraichissantes. Sur le chemin, rencontre  imprévue d’un cobra au milieu des tentes du camping. Pas méchant parait-il…

Au retour passage obligé à la Fenêtre de l’ISalo pour assister au coucher du soleil. C’est beau…

Le lendemain, les rencontres seront plus modestes avec un beau caméléon et un iguane de quelques centimètres pas farouche.

A cheval, ce n’est pas mal non plus, et moins fatiguant. Euh, surtout pour nous… Fin de journée orageuse mais beau temps le lendemain dans notre beau lodge.

Nous quittons cet endroit de rêve avec un peu de regret, mais ça ne va pas durer longtemps car l’émerveillement va continuer. Belle route si ce n’est les trous, un peu monotone, traversée de village d’orpailleurs où il n’est pas conseillé de s’arrêter, c’est un peu le far-west parait-il. Et enfin nous voyons nos premiers baobabs.

Après cette route un peu longue, nous avons encore 2 heures de piste défoncée pour arriver à notre hébergement. Il fait chaud, 37-39°, la psie est sèche et la voiture soulève d’énormes nuages de sable et depoussière. Notre plaisir d’arriver est douché par l’accueil très moyen que nous recevons,  pas même un verre d’eau à boire. Quand nous découvrons qu’il va falloir se doucher avec une boite de conserve à plonger dans un baril d’eau, nous partons avec Valérie explorer les alentours, avec un peu d’espoir car nous sommes passés devant une entrée d’hôtel qui a fait tilt puisqu’il s’appelle le « Five Sense ». Serait-ce une réminiscence du Six Senses de Con Dao? Après quelques centaines de mètres, nos espoirs sont confirmés et nous découvrons un petit paradis où nous passerons une fin d’année mémmorable.

Mais il faut penser à quitter cet endroit de rêve, nous sommes déjà le 1er janvier. retour vers Tulear. Stop à l’hôtel solidaire de Mangily. Au coucher du soleil, ballade en charette à zébus dans une forêt de baobabs, avec notre guide charmant qui nous explique tout ou presque sur les baobabs.

A Tulear le 2 janvier, tout est fermé ou presque. retour à Tana dans la soirée.

Mada-D750_5764.JPG

Suite et dernier post, pour un bref aperçcu de Tananarive…

 

 

3 réflexions sur “Fin d’année 2019 à Madagascar (4)

  1. Merci Henri pour les photos tu m’as fait rêver et en plus je les ai découverte au petit déjeuner, quel régal
    Je ferai le voyage rien que pour ces arbres, quelle présence quelle beauté

    Envoyé de mon iPad

    • Merci Jeff, venant de toi, ça me touche encore plus. LesBaobabs sont des arbres mythiques et imposants. Et particulièrement photogéniques au coucher du soleil. D’une façon générale, Madagascar est un terrain de rêve pour les photographes, les paysages sont magnifiques avec les lumières incroyables de l’Afrique australe. Et les habitants sont très agréables, et n’entretiennent aucun complexe vis à vis de leur image. Pour toi qui est frustré d’Afrique…

  2. Merci C’est splendide et semble bien pauvre Nous avions un ami évêque à Majunga, je ne pense pas que vous étiez dans cette région, le pays est grand !

    Bises

    Bénédicte

Répondre à Anonyme Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s