Préparatifs du Têt : visite de Ben Binh Dong

A l’occasion du Têt, un marché aux fleurs éphémère s’ouvre chaque année pendant quelques jours à Ben Binh Dong, le long du quai d’un canal. Les fleurs arrivent par bateaux. Et les habitants, COVId ou pas, confirnement ou pas, se pressent pour les acheter. Spectacle garanti…

Restez à la maison, ils disaient… vidéo de Valérie :

Préparatifs du Têt : visite au Chợ Hoa de đường phố Hồ Thị kỷ

Le Têt, Nouvel An lunaire chez les vietnamiens, est la fête la plus importante de l’année. Elle aura lieu le 12 février cette année. A cette occasion, outre des records de pollution, elle donne lieu à des préparatifs multiples source d’une agitation frénétique dans les jours qui précèdent. Parmi ceux-ci, la vente et donc l’achat de fleurs est un des plus importants. Visite de la rue de quartier Hồ Thị kỷ, célèbre pour ses marchands de fleurs (Chợ Hoa = Marché aux Fleurs). Une petite tranche de vie à Saïgon… L’obligation de port du masque, en ces temps de COVID, est respectée mais adaptée…

AQI extérieur et intérieur le 6 février à 13 heures. L’air est de bonne qualité en dessous de 50…

 

 

Petit challenge de photographe : n’utiliser que le 28 mm… Si tes photos ne sont pas bonnes, rapproche-toi! (Capa)  🙂

 

Da Lat en décembre, Brrrr!

un grand WE à Da Lat en décembre, en compagnie de Khue Anh et ses parents, avant notre petit périple dans le Nord. Da Lat est à 1500 m d’altitude. En décembre quand une dépression passe sur le pays, il y fait froid et pluvieux… La ville grossit de plus en plus, les traces de la présence française disparaissent de plus en plus sous les nouvelles constructions vietnamiennes. Mais la ville garde un charme indéniable. Petite ballade nocturne au marché central. Da Lat est réputée pour ses fraises du mois de décembre, entre autres…

Le lendemain, le ciel est bien bas, mais pas assez pour nous empêcher d’aller à la Valley of Love! Très kitch comme son nom l’indique. Un mini-musée Grévin sympa à visiter.

 

L’après-midi est consacré à la Crazy House. Comme son nom l’indique, cette maison est une œuvre vraiment délirante, ouverte au public depuis 1990, elle continue de s’étendre de façon incontrôlée, en apparence au moins. Étonnant, dirait monsieur Cyclopède:

 

Plus rustique le lendemain, visite au village de Ta Nung de la plantation K’HO Coffee. C’est un village de minorités ethniques, les K’HOs. Les maisons des K’HOs se distinguent de celles des vietnamiens car elles n’ont pas d’étage. Ils sont (très) catholiques, mais derrière l’église, on trouve tout de même le local du Comité Populaire… Ensuite départ dans une Land Rover chinoise pour grimper dans la montagne voir les plantations de café mais aussi de fraises. La campagne est littéralement couverte de serres, sous lesquelles sont cultivées toutes sortes de choses, entre autres des roses. Après une demi-heure de chemin cahoteux en voiture puis à pieds, sous un plafond très brumeux, et qui se rapproche encore alors que nous progressons dans la montagne, arrivée à la ferme. Là, nous faisons la connaissance du couple de cultivateurs qui y passe les trois quarts de l’année. « Je  suis un montagnard », nous dit-l’homme fièrement avec les deux mots de français qu’il connait… Accueil simple mais chaleureux malgré le temps frisquet. Cueillette de fraises, et rituel du thé. On échappe à l’alcool de riz cette fois-ci…

 

La dernière matinée est consacrée à la visite du palais de l’empereur Bao Dai, le dernier du Vietnam avant la réunification et l’avènement du communisme. Autre lieu de souvenir, le Couvent des Oiseaux, créé à l’initiative de sa femme, Nam Phuong, et où sont passées beaucoup de célébrités, françaises et vietnamiennes.